.
Lucien Bély - La France au XVIIe siècle : Puissance de l'Etat, contrôle de la société
Référence C-739-281
ISBN-10 2130558275
ISBN-13 9782130558279
Format Broché
Pages 864

Livre d'occasion

La France au XVIIe siècle : Puissance de l'Etat, contrôle de la société

de Lucien Bély

Édition 2009
Chez Presses Universitaires de France - PUF
A+ Comme neuf
Edition 2009.
RÉSUMÉ

Durant ce XVIIe siècle, les structures et les principes politiques monarchiques ne se transforment pas, mais évoluent vers une pratique autoritaire du gouvernement (l'absolutisme), qui s'appuie sur un contrôle renforcé de la société, grâce aux élites sociales et au clergé. Un tel encadrement (religieux, moral et policier) des populations marque tous les aspects de la condition humaine. Les institutions garantissent cet ordre social que la monarchie a pour mission de maintenir. L'Etat ne change pas de nature, il se transforme par une montée en puissance de l'administration. Mais cette présence accrue de l'Etat et de l'administration, avec l'augmentation des charges financières, suppose l'adhésion de la société. Pour contrer de nombreuses résistances (Fronde, révoltes antifiscales...), la monarchie a besoin de se faire craindre, d'où une "exaltation" de la figure royale contribuant à la sacralisation de l'Etat qui utilise, pour asseoir sa puissance, des méthodes brutales et violentes : enlèvements, procès politiques, emprisonnements arbitraires sous couvert de raison d'Etat. La réussite sociale passe donc par le service du roi, à la guerre, à la Cour, dans l'Eglise et dans l'administration. Mais la monarchie française n'est pas pour autant une monarchie totalitaire car le monarque reste redevable de son pouvoir à Dieu, et doit se plier aux lois divines définies par l'Eglise : il doit assurer le bonheur de ses sujets. Ce siècle est donc un siècle difficile, marqué par des guerres et des tentatives d'expansion coloniale. En 1700, tout peut encore arriver !

18,15 dont 1,82 € reversés au partenaire donateur et 0,91 € reversés à nos partenaires caritatifs.