.
Cesare Pavese - Le bel été
Référence B-908-145
ISBN-10 2070299260
ISBN-13 9782070299263
Format Poche
Pages 336

Livre d'occasion

Le bel été

de Cesare Pavese

Édition 1978
Chez Gallimard
C Passable
Petite(s) trace(s) de pliure sur la couverture. Légères traces d’usure sur la couverture. Couverture différente.

Même livre, autres offres

  • C Passable
    3,82 VOIR
  • Ancien livre de bibliothèque. Salissures sur la tranche. Couverture différente.
  • C Passable
    4,78 VOIR
  • Ancien livre de bibliothèque. Légères traces d’usure sur la couverture. Salissures sur la tranche.
  • C Passable
    4,78 VOIR
  • Petite(s) trace(s) de pliure sur la couverture. Légères traces d’usure sur la couverture.
RÉSUMÉ

Trois nouvelles : trois lumières, trois douleurs. De la première phrase du recueil : " A cette époque-là c'était toujours fête ", aux derniers mots recouvrant d'un calme linceul le corps d'une suicidée, l'écriture fouille le plein jour de l'activité humaine jusqu'à y toucher le néant et la mort. Un peu comme un œil fasciné passe te repasse sur la blessure d'un beau visage. C'est la fêlure d'angoisse qui accompagne une pâle amoureuse dans tous les trajets (Le Bel été). Puis c'est l'acharnement incertain de trois jeunes gens à suivre autour de la ville les doubles traces de viveurs fatigués et de la nature pléthorique (Le Diable sur les collines). C'est enfin la fièvre vaine qui fait s'agiter quelques femmes volées à elles-mêmes et dissipées en paroles de pure perte (Femmes entre elles). L'art de Pavese est de travailler une matière tout en éclats, les éclats douloureux de l'unité mythique à jamais perdue. Mais ce deuil est en suspension dans une lumière rendre. Mais cette poussière d'instants a été pulvérisée par un virtuose de la pudeur. Le désarroi est immergé dans les plaisirs, on s'offre nu au soleil, on se soûle d'odeurs, on travaille à sa vie. La souffrance parle au discours indirect, on dirait que sa voix est assourdie par une fatigue heureuse. Un an après la parution de ce livre, Pavese mettait, comme on dit, fin à ses jours. C'était le 27 août 1950, un bel été.

3,63 dont 0,36 € reversés au partenaire donateur et 0,18 € reversés à nos partenaires caritatifs.